Légendes sur Dracula - Vlad l'Impaleur

Blood

Les traditions roumaines présentent Dracula (Vlad Tepes) comme un prince cruel, mais juste, dont les actions ne visaient que le bien de son peuple. Ces histoires se sont transmises de génération en génération pendant plus de 500 ans ; les légendes sont toujours vivantes de nos jours. Lisez ici les plus fameuses histoires sur DRACULA:

Dracula

(1) La tasse d'or

Dracula était fameux dans tout son pays pour son insistance menée jusqu'à l'extrême sur l'honnêteté et l'ordre. Les voleurs avaient rarement le courage d'exercer leur "métier" sur le territoire de Dracula- ils savaient que le pal attendait n'importe qui été trouvé coupable. Dracula était si confiant dans l'efficience de cette loi, qu'il laissa une tasse d'or en pleine vue dans la place centrale de Targoviste. La tasse n'a jamais été volée, en restant à sa place tout au long du règne de Dracula.

(2) Le marchand étranger

Un marchand d'un pays étranger a visité une fois Targoviste, la capitale de Dracula. Puisqu'il savait que le pays de Dracula était renommé pour son honnêteté, il laissa un chariot rempli de trésors non-surveillé dans la rue, pendant la nuit. Le matin, le marchand fut choqué de découvrir que 160 monnaies d'or manquaient. Lorsque le marchand porta plainte auprès du voïvode, Dracula l'assura qu'il allait récupérer son argent et l'invita de rester dans son palais pendant la nuit. Dracula annonça ensuite les gens qu'il falait trouver le voleur, sinon il allait détruire la ville. Pendant la nuit, il fit sortir 161 ducats de son propre trésor et les mit dans le chariot du marchand. Le lendemain, en comptant son argent, celui-ci découvrit le ducat de plus ; il alla voir Dracula et l'informer que son argent avait en fait été retourné, avec un ducat de plus. Entre temps, le voleur avait été capturé et livré aux gardiens du prince ; Dracula le fit empaler et informa le marchand qu'il aurait eu le même sort, s'il n'avait rien dit sur le ducat de plus.

(3) Les deux moines

Il existe plusieurs versions de cette anecdote. Les unes disent que les deux moines provenaient d'un monastère catholique de la Valachie ou qu'ils étaient des moines errants catholiques d'un pays étranger. Dans les deux cas, les moines catholiques étaient aux yeux de Dracula les représentants d'un pouvoir étranger. D'autres versions disent que les moines appartenaient à un monastère orthodoxe roumain (la religion officielle en Valachie). Les raisons de Dracula varient aussi beaucoup selon les différentes versions de l'histoire.
Toutes les versions racontent que deux moines visitèrent Dracula dans son palais de Targoviste. Curieux de voir la réaction des hommes de l'église, Dracula leur montra des files de corps empalés dans la cour du palais. Lorsque le prince leur demanda leur opinion, l'un d'eux répondit : "Dieu vous a donné le droit de punir les malfaiteurs". L'autre moine eut le courage de condamner la cruauté du prince. Dans la version commune des pamphlets allemands, Dracula récompensa le moine flatteur et fit empaler le moine honnête. Dans les versions des chroniques russes et dans la tradition orale roumaine, Dracula récompensa le le moine honnête pour son intégrité et fit empaler l'autre pour son manque d'honnêteté.

(4) Le noble polonais

Bénédicte de Boithor, un noble polonais au service du roi de la Hongrie, visita Dracula à Targoviste en septembre 1458. Un soir, pendant le dîner, Dracula ordonna qu'un pal d'or soit apportée et placée juste devant le messager royal. Dracula demanda ensuite à son hôte pourqoui il croyait que le pal avait été apporté. Bénédicte répondit qu'il s'iamginait que quelque boyard avait offensé le prince et que Dracula avait l'intention de l'honorer. Dracula répondit qu'il avait fait apporter le pal à l'honneur de son noble hôte polonais. Le Polonais dit qu'il n'avait rien fait pour mériter de mourir, mais que Dracula pourrait faire ce qu'il voulait de lui. Il ajouta que ce n'était pas Dracula qui serait responsable de sa mort, , mais lui-même, parce qu'il s'était attiré la colère du prince. La réponse a beaucoup plu à Dracula qui combla le messager de cadeaux, en disant aussi que si celui-ci aurait donné une autre réponse, il aurait été immédiatement été empalé.

(5) Les ambassadeurs étrangers

Il existe au moins deux versions de cette histoire dans la littérature. De même que l'histoire des deux moines, l'histoire a une version allemande qui présente Dracula sous une lumière défavorable, tandis que la version est-européenne voit les actions de Dracula d'une façon beaucoup plus favorable. Dans les deux versions, les ambassadeurs d'un pouvoir étranger visitent la cour de Dracula à Targoviste. Étant reçus en audience par Dracula, les envoyés rèfusèrent d'ôter leurs chapeaux, comme la coutume le demandait dans la présence du prince de la Valachie. Mis en colère par ce manque de respect, Dracula fit clouer les chapeaux des ambassadeurs sur leurs têtes pour qu'ils ne puissent jamais les ôter.

Dans la version allemande de l'histoire, les envoyés venaient de Florence et avaient refusé d'ôter leurs chapeaux en signe de supériorité. Lorsque Dracula demanda aux ambassadeurs pourqoui ils refusaient d'ôter leurs chapeaux, ils répondirent que ce n'étaient pas la coutume dans leur pays et qu'ils ne l'auraient pas fait même pour l'Empereur Romain. Dracula fit immédiatement clouer les chapeaux des ambassadeurs sur leurs têtes pour qu'ils ne puissent jamais les ôter et les chassa de sa cour. En Allemagne et dans l'Europe occidentale, où le concept d'immunité diplomatique existait déjà, le geste fut interprété comme une barbarie contre les représentants d'un pouvoir allié. Dans la version estique de l'histoire, les ambassadeurs étaient des Turcs. Conduits devant le prince, ils refusèrent d'ôter leurs turbans. À la demande du prince, ils répondirent que ce n'était pas dans la coutume de leur peuple. Dracula fit immédiatement clouer les turbans des ambassadeurs sur leurs têtes pour qu'ils puissent toujours respecter cette excellente tradition. Les amabssadeurs ont été ensuite envoyés au sultan. Pour les Roumains, ce fut une acte courageux de défi adressé au sultan. Il faut noter que l'habitude de clouer les chapeaux de ceux qui mettaient un roi en colère était assez commun dans l'Europe de l'Est. Apparemment, les princes de Moscou utilisaient aussi cette méthode lorsqu'ils avaient affaire à des envoyés non-désirés.

(6) La maîtresse de Dracula

Dracula avait une maîtresse qui vivait dans une petite maison à Targoviste. Apparemment, cette femme aimait le prince et faisait tout pour lui plaire. Dracula était souvent irascible et déprimé et la femme faisait de grands efforts pour soulager les peines de son amant. Une fois, lorsque Dracula était particulièrement déprimé, elle lui dit qu'elle était enceinte ; c'était juste un mensonge, pour le réjouir. Dracula avertit la femme de ne pas blaguer avec de telles affaires, mais elle insista que c'était la vérité, bien qu'elle sache l'opinion du prince sur le mensonge. Dracula fit examiner la femme par des sages-femmes pour voir si elle disait la vérité. Lorsque celles-ci lui dirent qu'elle avait menti, il sortit son couteau et lui porta un coup terrible, un ouvrant son corps des seins jusqu'à l'aine et la laissa agonisant.

(7) La femme paresseuse

Une fois, Dracula observa un homme qui travaillait et dont les vêtements étaient trop courts. Le prince s'arrêta et lui demanda s'il était marié ; lorsque l'homme lui dit que oui, Dracula appela la femme et lui demanda comment elle passait se journées. La pauvre femme épouvantée répondit qu'elle faisait le linge, cuisinait et cousait. Le prince lui montra les vetêments trop courts du mari, qui provaient sa paresse et la fit empaler, malgré les protestations du mari qui était content de sa femme. Dracula ordonna ensuite à une autre femme d'épouser le paysan, mais l'avertir de travailler d'arrache-pied pour ne pas avoir le sort de l'autre.

(8) Le noble à l'odorat sensible

Le jour de la Saint Bartholomée en 1459, Dracula fit empaler trente mille marchands et nobles de Brasov, une ville de Transylvanie. Afin de mieux se réjouir des résultats de ses ordres, le prince ordonna de lui apporter le dîner au milieu de la forêt de corps empalés et invita ses boyards de se joindre à lui. Pendant le dîner, Dracula observa qu'un des boyards esayait d'éviter la terrible odeur de sang coagulé et de corps eviscérés. Dracula ordonna que le noble sensible soit empalé, en utilisant un pal plus haut que le reste pour qu'il ne sente plus l'odeur.

Dans une autre version de cette histoire, le noble sensible est un envoyé de cités de Brasov et de Sibiu qui demande au cruel Valache d'épargner les deux villes. En écoutant l'appel du noble, Dracula marchait parmi les pals et leurs horribles fardeaux. Quelques victimes étaient toujours vivantes. Presque étouffé par l'odeur du sang qui séchait et de cadavres, le noble demanda à Dracula pourqoui il marchait par cette odeur terrible. Dracula demanda alors à l'envoyé si l'odeur lui semblait insupportable. Celui-ci, en saisissant une opportunité de flatter Dracula, lui dit qu'il s'inquiétait surtout pour la santé et le bien-être du prince. Dracula, furieux à cause de la malhonnêteté de l'homme, le fit empaler sur place en utilisant un pal plus grand pour qu'il soit en dessus des odeurs dérangeantes.

(9) Le brûlement des malades et des pauvres

Dracula voulait que tous ses sujets travaillent et contribuent à la prospérité commune. Une fois, il observa que les pauvres, les vagabonds, les mendiants et les infirmes étaient de plus en plus nombreux dans son pays. Alors, il invita tous les pauvres et les malades de Valachie à une grande fête, en disant que personne ne devrait souffrir de faim dans son pays. Les pauvres et les infirmes furent conduits dans un hall immense où un dîner fabuleux avait été préparé pour eux. Les invités du prince mangèrent et burent à leur gré, jusqu'à l'apparition de Dracula. "Désirez-vous quelque chose d'autre ? Voulez-vous n'avoir aucun souci et que rien ne vous manque ?", demanda le prince. Quand ils dirent que oui, Dracula ordonna que le hall soit fermé à double tour et incendié. Personne n'a survécu. Dracula a expliqué ses faits aux boyards en disant qu'il avait procédé ainsi "pour qu'ils cessent d'être un fardeau pour les autres et pour qu'il n'y ait plus de pauvres dans ce pays."

Copyright © 2019 · SalutRoumanie ·